Luc Gilson, la tête dans les étoiles

Luc Gilson, qui a fêté ses cinquante ans cette année, éprouve une réelle fascination pour la conquête spatiale. Une passion qu’il a d’ailleurs pu approcher de près grâce à son métier. 

par

Photo : Marine Jadin

Luc Gilson, qui a fêté ses cinquante ans cette année, éprouve une réelle fascination pour la conquête spatiale. Une passion qu’il a d’ailleurs pu approcher de près grâce à son métier. 

Photo : Marine Jadin

Le sourire aux lèvres et une énergie débordante ; voilà ce que Luc Gilson nous renvoie quand on le rencontre pour la première fois. Sur son bureau, légèrement isolé du reste de la rédaction, une photo dédicacée de l’astronaute belge, Dirk Frimout. « Je suis né le 27 octobre 1969, trois mois après les premiers pas de l’homme sur la lune ». L’animateur confie avoir été, très vite, attiré par tout ce qui touche, de près ou de loin, à la conquête spatiale. D’abord avec de petites collections avant de se lancer dans la création d’un magazine, à l’âge de 13 ans. 

En apesanteur

Le quinquagénaire, qui va fêter ses 30 ans de carrière chez RTL, a pu profiter de son métier pour assouvir sa passion. En 1992, lors du vol du premier Belge dans l’espace, c’est lui que l’on envoie couvrir l’événement aux Etats-Unis. Par la suite, il voyagera également en Guyane, en Russie et même au Cap Canaveral pour des reportages. Le jour de ses 30 ans restera également très symbolique pour lui : « J’ai découvert le plaisir de l’apesanteur. J’ai fait un vol parabolique, ces vols à bord d’avion qui simulent l’apesanteur, comme dans l’espace. »

Sans être astronaute lui-même, l’homme du petit écran a eu la chance d’aller plus loin que les rêves d’enfants qu’il avait. « J’ai eu accès à des choses que je n’aurais pas imaginé pouvoir faire. J’ai rencontré un des astronautes qui a marché sur la lune. J’ai fait pas mal d’émissions spéciales liées à l’espace. J’ai eu beaucoup de chance ».

De la chance, Luc Gilson en aura aussi à la télévision. Après avoir hesité avec le métier de réalisateur, le présentateur du JT s’est finalement tourné vers le journalisme durant ses études. Un choix nullement prémédité. « Je me pose souvent la question du métier que j’aurais fait en dehors du journalisme. Je suis arrivé un peu par hasard dans ce boulot de la télé…».

C’est un métier dans lequel tu ne peux rien prévoir… mais ça m’arrange

La particularité dans son métier ? Le changement. L’homme du petit écran a la bougeotte, il ne supporte pas s’enfermer dans un format pendant trop longtemps. Vrai touche-à-tout, le présentateur confie, amusé, ne pas savoir ce qu’il fera dans cinq ans : « C’est un métier dans lequel tu ne peux rien prévoir… mais ça m’arrange ». Un métier, certes fort prenant, mais qui aura permis à l’homme de réaliser ses rêves d’enfants.

Nouveau sur Mammouth

La pollution spatiale : toujours plus de débris
Mais où sont passés les insectes ?
Sommes-nous accros à nos smartphones ?
Métiers en pénurie : migrer pour travailler