Borderline : des vies d'équilibristes invisibles

Le trouble de personnalité borderline est une maladie largement inconnue. Pourtant des millions de personnes en souffrent. Avancer entre des abîmes et des tsunamis d'émotions parfois mortels, c'est leur quotidien. Pourtant, l'apaisement existe.

par

Photo : Pauline Todesco (CC BY NC SA)

Le trouble de personnalité borderline est une maladie largement inconnue. Pourtant des millions de personnes en souffrent. Avancer entre des abîmes et des tsunamis d’émotions parfois mortels, c’est leur quotidien. Pourtant, l’apaisement existe.

Photo : Pauline Todesco (CC BY NC SA)

“Une fois, je me suis levée, je me suis dit aujourd’hui, je vais mourir. En une heure, j’ai écrit des lettres, je me suis lavée, je me suis habillée, j’ai commencé à prendre des cachets. Puis, j’ai lancé une animation de feu de cheminée sur la télévision, et aussi une musique, pour quand Nico rentrerait, qu’il y ait quand même des choses qui le détendent quand il verrait les lettres. ‘Putain, je suis encore en vie, merde’. C’est ce que je me suis dit quand je me suis réveillée à 16 heures. J’ai vidé les dernières boites qui restaient”.

Melissa a 26 ans quand son psychiatre lui diagnostique un trouble de personnalité borderline (TPB). Corentin, lui, en a 20 le jour où il entend ce mot. Et son explication. « Le trouble de la personnalité borderline est une maladie de l’émotion, qui touche environ 3,5% à 4% de la population active”, explique Pierre Nantas, psychothérapeute français spécialisé dans la maladie depuis 20 ans. Selon lui, 10% “des borderlines” meurent d’un suicide, notamment entre 15 et 20 ans.

Corentin et Melissa, vous auriez pu grossir les rangs de ces statistiques. À 15 ans, dépressifs tous deux, vous tentez pour la première fois d’en finir.

Lien Article borderline
Photo : Pauline Todesco (CC BY NC SA)

Nouveau sur Mammouth

Don de sang en Belgique : gay-unfriendly ?
Cultes : un grand pas pour la femme
Sans-abrisme : vers la fin du plan hiver
Quel avenir pour les commerces à Verviers ?