Seniors isolés, le poids de la solitude

Plongée dans le quotidien d'Edith, 79 ans, bruxelloise isolée qui utilise l'art pour contrer la solitude

par , et

Photo : Emeline DEMEYER

Plongée dans le quotidien d’Edith, 79 ans, bruxelloise isolée qui utilise l’art pour contrer la solitude

Photo : Emeline DEMEYER

Près de la moitié de nos aînés souffrent de solitude. D’après une enquête de la Fondation Roi Baudouin, 46% % des personnes âgées ont ressenti de la solitude au cours du mois et 35% d’entre elles reçoivent moins d’une visite par semaine. L’isolement augmente encore chez les plus de 85 ans.

Nous nous sommes immiscés dans le quotidien d’Edith, une bruxelloise isolée de 79 ans. Elle a accepté de nous ouvrir ses portes afin de nous faire part des difficultés qu’elle rencontre, mais également des nombreuses activités qu’elle a mises en place pour contrer cette solitude. Malgré ses nombreuses occupations, la presque octogénaire trouve parfois le temps long.

« Je suis seule et je n’ai pas envie d’ennuyer mes enfants quand ils viennent, de commencer à me plaindre et que ça ne soit pas agréable »

L’isolement des seniors dans notre société est un problème qui risque de s’amplifier dans les prochaines décennies en même temps que le vieillissement croissant de la population. En Belgique, une personne sur cinq est âgée de plus de 65 ans.

Selon une enquête de l’IWEPS, le nombre de seniors en Wallonie atteindra les 27,6 % de la population dans une cinquantaine d’année.

Quelles solutions pour lutter contre la solitude

Ce phénomène de l’isolement peut être atténué grâce à différentes initiatives. Outre les voyages organisés pour les seniors ou encore les associations qui leurs proposent diverses activités, il existe d’autres solutions originales. Comme le mentionne Edith dans le reportage, une présence animale aide à supporter la solitude. La zoothérapie ou la thérapie assistée par animal peut être une occasion insolite d’apaiser ses maux tout en passant un bon moment. L’ASBL « IZIS » propose ce type de thérapie en maison de repos. Une autre ASBL, « jamais seul », propose à des personnes âgées d’adopter des animaux en fin de vie et de profiter de leurs vieux jours ensemble.

Le silence d’une grande maison vide peut être pesant. C’est pour cela que certaines associations proposent des aides afin de mettre en place des kots intergénérationnels. Les propriétaires offrent un logement à des étudiants en contrepartie de temps passé ensemble et d’une modeste participation aux charges.

Pour les personnes ayant perdu leur moitié, divers speed dating pour les 60 ans et plus sont organisés afin de leur permettre de retrouver l’amour.

En région bruxelloise, les services publics ont mis à disposition un numéro de téléphone gratuit pour combattre la solitude (02/223.13.43).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouveau sur Mammouth

"On est là pour rester"
Festival de Cannes : voici le gagnant du prix "Un certain regard"
Haïti face à la violence des gangs
L'UE à la pointe de l'encadrement de l'IA