Zakouskis et confettis

Rencontre avec des serveurs porteurs d’un handicap

par

Photos : Louise de Vuyst

Rencontre avec des serveurs porteurs d’un handicap

Photos : Louise de Vuyst

« Ne pas dire de gros mots. » « Pas de bisous sur la bouche. » « Ne pas manger la nourriture destinée aux invités. » Voilà quelques extraits de la charte de Cap Event, une association qui invite des adultes en situation de handicap mental à venir servir lors d’événements. Aujourd’hui a lieu leur formation annuelle.

De grands sourires apparaissent dans l’ouverture de la porte. « Ah oui, moi je me suis levé très tôt ce matin ! » Ce sont les premiers « Extras Cap », soit des adultes en situation de handicap mental que Cap Event propose d’intégrer dans le service événementiel, depuis 2017. Une trentaine d’Extra Cap et dix encadrants collaborent à l’organisation de 70 événements cette année.

Les Extra Cap se retrouvent une fois par an dans une maison à la Sauvenière pour quelques heures de formation. Une fois que tout le monde est arrivé, se forme un grand cercle dans la pièce. « Hé, vous êtes tous invités à venir voir ma pièce de théâtre ». L’une montre son nouveau fond d’écran, l’autre raconte qu’elle a été demander des bonbons pour les fêtes… On souhaite la bienvenue aux nouveaux avec des applaudissements chaleureux.

Ensuite viennent les choses sérieuses. La présidente de Cap Event rappelle qu’à présent, ils sont adultes et qu’ils travaillent avec des contrats et des obligations : « On n’est pas en train de faire du bricolage ». Un calme s’installe doucement dans la pièce et tout le monde écoute attentivement les instructions.

Une journée hors-normes

Au programme, révision du service en salle et du débarrassage pour le premier groupe et gestion du bar à boissons et nourriture pour le second. « Quand je cite votre prénom, vous prenez votre veste et vous allez dehors ». Premier groupe : Laurent, Benoît, Jeanne… Il est 10 heures piles, on active 60 minutes au chrono.

La première mission du groupe 1 : tenir un plateau garni de faux zakouskis et l’apporter au reste du groupe qui s’est rassemblé un peu plus loin et doit imiter des invités. Ceux-ci posent quelques questions au serveur : « C’est du fromage de chèvre ? De vache ? » Réponse du serveur : « Non, de lait ». Sophie demande à un Extra Cap d’apporter les sandwichs au saumon. Une fois chez les invités, il leur propose des sandwichs au poulet curry. La chose se complique. Ils doivent maintenant arriver à s’imposer auprès d’un petit groupe fermé : « Pardon, excusez-moi ». Ce sont des gestes et des techniques qui paraissent simples, mais qui ne leur ont pas été servis sur un plateau d’argent.

Prochaine étape, les invités doivent à présent refuser la nourriture que le serveur leur apporte. Une des encadrantes intervient : « Les invités sont les rois. S’ils sont impolis ce n’est pas chouette, mais ce n’est pas votre problème ».

Mission suivante : « Imaginons que vous êtes à une réception et que vous débarrassez ». On participe alors à une chasse aux gobelets. Ils sont éparpillés aux quatre coins de la cour : sur les tables, les murs et même au pied des arbres.

Une différence à partager

Pendant ce temps, à l’intérieur, dans la délicieuse chaleur du feu ouvert, le groupe 2 apprend à tenir un bar. Ils placent d’abord les gobelets en pyramide sur la table. Ils doivent se tenir droit, ne pas mettre les mains dans les poches et ne servir au client que ce qu’il a envie de manger. C’est déjà l’heure de la collation. Les organisatrices en profitent pour rappeler quelques règles : « Ne pas dire de gros mots », « Pas de bisous sur la bouche », « Ne pas manger la nourriture destinée aux invités », « Pas de prout et pas de renvoi ».

Ensuite, ils chantent ensemble la chanson de Cap Event :

Je suis porteur et non porté 
D’une différence à partager 
Je mets le cap sur moi-même 
Capitaine dans l’événementiel…

La pause terminée, les deux groupes inversent leurs activités et s’entraînent encore jusqu’à 12h15. Un invité demande : « Est-ce qu’il y a encore du Fanta ? » Le serveur : « Presque ». C’est déjà bientôt la fin de la formation. Tous se rassemblent en cercle pour un dernier moment de partage. Autour d’un verre de Kidibul, on rit des expériences de chacun, avec bienveillance.

Pendant la formation, les zakouskis étaient faux, les mises en situation étaient fictives, mais l’ambiance chaleureuse était de mise et l’exercice pour les Extras Cap était bien réel.

Dans la voiture de la maman de Dimitri, un léger ronflement se fait entendre. Un capitaine se serait-il endormi ?

 
Difficile de se retenir de danser en entendant la mélodie entrainante de la chanson du Cap Event.  
« J’ai l’appétit du bonheur, à servir dans vos cœurs ».
Le rêve de Léonie c’est de devenir serveuse comme son frère.
« Je me lève ce matin. Mise en place je suis serein ».
« Des bulles de joie, une coupe d’ivresse. Tout un buffet de gentillesse ».
« Je mets le cap sur moi-même. Capitaine, dans l’évènementiel ». 
« C’est bien avec le sourire qu’on vous sert sur un plateau, avec notre cœur, des évènements toujours plus beaux ». 
« Je suis porteur et non porté, d’une différence à partager ». 
 
Vont-ils un jour pouvoir chanter leur chanson à un évènement du Cap48 ?
« Je dispose les tables. Très à l’aise, je suis fiable ». 
« Je travaille dans l’évènementiel et je me sens pousser des ailes ».
« Ici c’est la cuisine, donc vous ramenez tout dans la cuisine ».

Nouveau sur Mammouth

Alcool : scouts à la dérive ?
Stéphane Vanhandenhoven : « Tu finiras troubadour ou aux puces »
DéBORDER
Puberté à la cour de récré