Union Saint-Gilloise : suspense à stade élevé

L’euphorie se prolonge du côté de l’Union Saint-Gilloise. Le club a réussi l’exploit de se qualifier pour les 1/8e de finale de l’Europa League. Il occupe toujours une place dans le haut du classement de la Jupiler Pro League. Le matricule 10 affiche de grandes ambitions, que leur stade historique à Forest ne pourra plus abriter. A quand le déménagement vers un nouveau stade ? 

par , , et

Photo : ©Noé Lacrosse

L’euphorie se prolonge du côté de l’Union Saint-Gilloise. Le club a réussi l’exploit de se qualifier pour les 1/8e de finale de l’Europa League. Il occupe toujours une place dans le haut du classement de la Jupiler Pro League. Le matricule 10 affiche de grandes ambitions, que leur stade historique à Forest ne pourra plus abriter. A quand le déménagement vers un nouveau stade ? 

Photo : ©Noé Lacrosse

La Royale Union Saint-Gilloise, qui vient tout juste de fêter ses 125 ans d’existence, retrouve les sommets. Un ticket donnant accès au tour final de l’Europa League vient récompenser les Saint-Gillois pour leurs deux dernières saisons historiques. Mais à l’heure où les ambitions du club croissent, un problème continue de freiner le développement du matricule 10 : son stade.

Pour rappel, les unionistes évoluent au stade Joseph Marien, situé à Forest depuis plus de 100 ans. Or, celui-ci n’est pas conforme aux normes de l’UEFA pour accueillir les rencontres européennes. Les travaux réalisés entre 2016 et 2018, qui avaient entraîné un déménagement provisoire du côté du Heysel, n’y ont rien changé. Durant sa campagne européenne, le club bruxellois a occupé les installations de l’Oud-Heverlee Louvain pour jouer ses rencontres à domicile. Or, aux dernières nouvelles, l’accord avec Louvain ne concerne que les phases de poule : ils ne possèdent actuellement pas de stade pour accueillir leur adversaire de huitièmes de finale. Même si une solution devrait rapidement être trouvée pour l’Europa League, cela révèle l’urgence de la situation.

Un projet sur la table depuis plusieurs mois

Avant même le retour de l’Union en D1 la saison dernière, l’idée d’un nouveau stade planait déjà. Au printemps 2021, trois solutions s’offraient au club de la capitale : l’extension du stade Marien, la construction d’un nouveau stade sur le site du Bempt, ou un départ très peu probable vers le stade Bertelson, également dans la commune de Forest. 

Quitter le Stade Marien pour une nouvelle Maison est un sacrifice qui nous coûte très cher

Union Bhoys

A l’heure actuelle, il paraît difficilement envisageable d’agrandir à nouveau les installations situées au Parc Duden. Le stade se situe sur un site classé et la façade conçue en 1922 est un patrimoine protégé. Par ailleurs, les Union Bhoys expliquent dans un communiqué leur attachement au stade actuel mais un déménagement au Bempt semble, pour eux, se présenter comme la meilleure solution : « L’idée de quitter le Stade Marien pour une nouvelle Maison est un sacrifice qui nous coûte très cher, mais nous sommes prêts à le soutenir, pour autant que nous ne quittions pas notre ‘territoire’ ».  

Parallèlement aux communications des ultras du club, un collectif de supporters de l’Union a vu le jour. Ce dernier est représenté par Fabrizio Bassano, qui est également membre du conseil d’administration du club. « L’idée est que le comité de supporters joue un rôle actif auprès des parties en essayant de faire œuvre de médiation, de dialogue, autour du fait qu’il est évident que ce n’est pas une solution facile à prendre du côté de la commune. Il faut que le projet du club réponde à certains aspects critiques. »

Le comité de supporters joue un rôle actif auprès des parties en essayant de faire oeuvre de médiation

Fabrizio Bassano

Le Bempt comme priorité, avis partagés

Pour envisager la construction d’un nouveau stade au Bempt, le bureau d’étude régional perspective.brussels présentait en janvier 2022 aux différentes autorités politiques concernées et aux représentants de l’USG une analyse urbanistique de ce déménagement. Il y a imaginé un stade de 17 000 places, ce qui doublerait la capacité actuelle. Le projet présente plusieurs autres avantages : même s’il est plus éloigné, le site permettrait de garder l’ancrage local du club, d’intégrer des espaces médias et VIP, ainsi qu’un certain nombre de places de parking. Ce stade répondrait également aux normes UEFA de catégorie 4. 

Cette installation reste toutefois sujette à controverse : plusieurs clubs sportifs profitent également des installations, qui sont le fruit d’investissements récents par la commune de Forest. Côté « mobilité », l’accès en transports publics s’annonce plus compliqué qu’au Parc Duden et des alternatives doivent être trouvées. Enfin, comme expliqué dans le rapport de perspective.brussels, “l’imperméabilisation des sols peut augmenter le risque d’inondation déjà élevé à Forest”. 

Un nouveau collectif de riverains

Pour les riverains, l’idée d’un tel projet immobilier sur un des derniers sites “vert” du sud de Bruxelles ne fait pas l’unanimité. “A l’heure où le ‘plan climat’ de la commune de Forest indique que son cœur est sur-pollué, sous-équipé en espaces verts, soumis aux pics de chaleur, sur-bétonné, soumis aux aléas d’inondations, on peut se demander pourquoi les riverains et habitants n’ont pas été ni informés ni consultés au sujet de ce projet” .

Pour faire front, le “collectif Bempt” a vu le jour. Il rassemble des habitants et associations forestoises qui s’opposent au projet de construction. Le collectif critique le manque de communication sur cette potentielle décision et dénonce le peu d’attention portée à l’environnement dans les débats.

Casse-tête politique

La construction d’un nouveau stade à Forest cristallise aussi plusieurs tensions politiques. Le conseil communal, à qui appartient la décision finale, a du mal à s’entendre sur la question.

Pour Cédric Pierre-De Permentier (chef de groupe, MR), membre de l’opposition, tous les feux sont au vert pour la construction d’un nouveau stade sur le site du Bempt : « Aujourd’hui, la commune a un sacré déficit. Nous sommes occupés à augmenter les impôts pour les Forestois. Quand on connaît la situation financière de la commune, on serait fou de se priver d’un investissement de près de 85 millions d’euros. De plus, le stade ne serait pas non plus construit sur l’espace vert, qui serait donc préservé. Il s’agit ici de l’espace sur lequel réside actuellement une déchetterie et un complexe sportif. Par ailleurs, la situation géographique est idéale, car le Bempt est éloigné des habitations. Il est situé proche du ring et offre des facilités au niveau du parking. Je crains que si le projet ne traîne trop, cela dissuade le club et son propriétaire d’investir dans notre commune. »

Dans l’opposition encore, Laurent Hacken, chef de file du parti ‘Les Engagés’, entend que les conditions actuelles ne correspondent pas aux standards d’un stade de division 1 mais il ne partage pas les propos de son collègue. “Notre position, c’est que l’âme de ce club est le stade Marien dans le parc Duden et qu’on enterre un peu trop vite la possibilité d’aménager le stade là-bas.” Selon le parti, il serait démesuré que « la dernière parcelle vide de la commune doive être donnée à un privé pour y construire un stade de foot. »

Du côté de la majorité, qui est composée des écologistes et des socialistes, Charles Spapens (1er échevin, PS) ne voit pas le projet de stade au Bempt d’un très bon œil. « On n’est absolument pas vendeurs du terrain. On a été surpris, car on a appris qu’ils avaient jeté leur dévolu sur un site qui nous appartenait. C’est plus important pour la commune que des jeunes fassent du sport plutôt qu’un stade y fasse son apparition. Les sportifs forestois doivent rester nos priorités. L’Union nous a vaguement présenté les plans, et il y a tout un tas de questions qui restent en suspens. Imaginez que la commune dise oui, ce seraient les politiques les plus débiles de la terre, étant donné qu’aucune offre n’a été formulée ! »

Bilan de la situation

Ce mardi soir, une réunion a eu lieu entre Mariam El Hamidime (bourgmestre, Ecolo), Charles Spapens (1er échevin, PS), Ahmed Ouartassi (2e échevin, des finances et du sport, PS) et quelques membres du collectif des supporters de l’Union. Cette réunion avait pour objectif d’éclaircir l’état d’avancement du dossier du nouveau stade.

Il y a quelques semaines, le CEO de l’Union Saint-Gilloise Philippe Bormans a indiqué que tout se trouvait désormais dans les mains de la Commune de Forest. Le club prétend avoir répondu à toutes leurs demandes, notamment en termes de mobilité et de finances. Pour la commune, il semble impossible de donner une réponse immédiate, car le club doit encore fournir des justifications autour de plusieurs points critiques.

Il demeure compliqué de toucher au stade actuel, car il faudrait déclasser certaines parties du parc. La priorité absolue pour le club reste de construire ce nouveau stade sur le site du Bempt. L’Union devra donc fournir toutes les informations en termes de mobilité et d’affectation du sol. L’USG sera également chargée de trouver des alternatives pour les clubs qui occupent actuellement les installations. Tout cela permettra à la commune de valider le projet. Ou de le rejeter.

Nouveau sur Mammouth

"On est là pour rester"
Festival de Cannes : voici le gagnant du prix "Un certain regard"
Haïti face à la violence des gangs
L'UE à la pointe de l'encadrement de l'IA