Techno toujours par iels

Quand la communauté queer fait bouger la scène techno à Bruxelles.

par , et

Photos : Ena Billenne

Quand la communauté queer fait bouger la scène techno à Bruxelles.

Photos : Ena Billenne

Queer est un mot anglais qui qualifie ce qui est bizarre, étrange, hors de la norme… Historiquement, c’est le mot péjoratif que l’on lançait aux hommes qui n’étaient pas assez masculins, aux femmes aux allures de garçonnes, aux êtres dont le genre brouille les pistes. Mais il est devenu une revendication et le fier adjectif de celleux dont l’identité va au-delà des limites posées par notre société hétéronormée. 

Cette communauté prend la parole et sa voix se fait de plus en plus entendre. L’émancipation de toustes s’exprime sous de multiples formes. L’une d’entre elles, c’est la musique techno et électronique. 

“Ce n’est pas une musique de berlinois blancs, c’est une musique d’Afro-Américain·es queers !”

– Didier Zacharie pour Larsen Magazine

Née au cœur des minorités noire et gay à Détroit aux Etats-Unis dans les années 80, elle a maintenant sa place parmi les grandes tendances musicales européennes. Le dancefloor techno, auparavant si inclusif et ouvert d’esprit, a peu à peu perdu de sa diversité pour laisser place à un public hétéro et cisgenre.

Pourtant, Bruxelles déborde de talents et d’artistes aux idées innovantes prêt·es à reprendre cette piste de danse. Il suffit simplement de leur laisser la scène.

Lien ShortHand : Techno toujours par iels

Nouveau sur Mammouth

"On est là pour rester"
Festival de Cannes : voici le gagnant du prix "Un certain regard"
Haïti face à la violence des gangs
L'UE à la pointe de l'encadrement de l'IA