Quelle piste pour les athlètes transgenres ?

À un an des Jeux Olympiques de Paris, la question de l'intégration des athlètes trans dans les compétitions féminines refait surface.

par et

CC - BY - SA

À un an des Jeux Olympiques de Paris, la question de l’intégration des athlètes trans dans les compétitions féminines refait surface.

CC – BY – SA

Les décisions sont en train de tomber. Le 31 mars dernier, World Athletics a décidé d’exclure les athlètes transgenres ayant eu une puberté masculine. Aux États-Unis, plusieurs états font passer des règlementations pour leur interdire définitivement l’accès aux compétitions.

Alors qu’au niveau scientifique, peu d’études ont été réalisées, il est encore difficile d’établir clairement l’impact d’un changement de genre au niveau des performances sportives. Ce qu’on sait, c’est qu’à chaque victoire d’une athlète transgenre, sa participation est fortement remise en cause par les autres sportifs.

En Belgique, dans certaines disciplines, on évoque la possibilité d’une « catégorie ouverte ». Mais pour les acteurs du secteur, la question semble délicate.

Après avoir contacté plusieurs personnes, nous avons senti une certaine réticence à s’exprimer. Contactées à de multiples reprises, les fédérations sportives belges n’ont pas répondu à nos demandes d’interviews. Mammouth vous en explique les enjeux, en vidéo.

Nouveau sur Mammouth

Vivre pour l'autre
Guerre d'exil
À reprendre ou à laisser
L'empire des gîtes