Que fait-on de nos données après notre mort ?

Notre héritage n’est aujourd’hui plus uniquement physique. Une grande partie de nos vies se trouve désormais exposée dans le cloud, dans des bases de données ou sur les réseaux sociaux. Mais, deviennent nos données personnelles après notre mort ? Sont-elles protégées ?

par et

Crédit photo : Markus Spiske / Wendy Scofield / Unsplash

Notre héritage n’est aujourd’hui plus uniquement physique. Une grande partie de nos vies se trouve désormais exposée dans le cloud, dans des bases de données ou sur les réseaux sociaux. Mais, deviennent nos données personnelles après notre mort ? Sont-elles protégées ?

Crédit photo : Markus Spiske / Wendy Scofield / Unsplash

Le plus grand cimetière du monde ne se situe probablement pas là où vous le pensez, car chaque jour, sur Facebook près de 8000 personnes inscrites décèdent. À moyen terme, le nombre de profils appartenant à des personnes décédées excédera celui de personnes vivantes; Et en trainant sur le web durant toute une vie, on laisse pas mal de traces. 

Les répertoires de contact, les correspondances et les bibliothèques musicales que nous ont légué nos grands-parents sont désormais remplacées par des répertoires en ligne hébergés par Apple ou Google, nos correspondances sont tapies dans nos boîtes mail et nos goûts musicaux dans des services de streaming. Un patrimoine farouchement gardé par des mots de passe que nos proches ne connaissent pas spécialement. Toutes ces données personnelles témoignent d’une grande partie de notre existence et la question de l’héritage numérique se pose de plus en plus.

Nouveau sur Mammouth

Don de sang en Belgique : gay-unfriendly ?
Cultes : un grand pas pour la femme
Sans-abrisme : vers la fin du plan hiver
Quel avenir pour les commerces à Verviers ?