Quand les humains ne sont pas là, la nature danse

Après une semaine de confinement en Belgique, la pollution de l’air a déjà diminué. Dans une interview accordée à la RTBF, Philippe Maetz, expert à la Cellule interregionale de l’Environnement (CELINE), a déclaré que « Nous nous situons entre un dimanche sans voiture et un dimanche moyen ». Des résultats concrets seront observables dans les semaines à venir.

par

Photos : Céline D'Hulst (CC BY NC ND)

Après une semaine de confinement en Belgique, la pollution de l’air a déjà diminué. Dans une interview accordée à la RTBF, Philippe Maetz, expert à la Cellule interregionale de l’Environnement (CELINE), a déclaré que « Nous nous situons entre un dimanche sans voiture et un dimanche moyen ». Des résultats concrets seront observables dans les semaines à venir.

Photos : Céline D’Hulst (CC BY NC ND)

Depuis le vendredi 20 mars, c’est officiellement le printemps. Il commence juste une semaine après le début du confinement, vendredi 13 mars à minuit. Les Belges ont pour habitude de se précipiter aux terrasses des cafés, au moindre rayon de soleil. En effet, notre pays n’est pas connu pour être le plus ensoleillé du monde. Nous retrouver limités dans nos déplacements serait-il plus simple si la drache nationale était de sortie ?

Cependant, les consignes ont été claires : rester chez nous au maximum. Frustrant, mais nécessaire.

L’éveil de la nature

Dehors, les fleurs éclosent. Que savent-elles du virus ? Elles n’en ont que faire, elles suivent leur cycle, pendant que le nôtre est interrompu. Elles sont plus libres, maintenant que moins de pieds ne les piétinent. Les interactions physiques humaines sont en suspens, mais la vie n’est pas morte si nous prenons le temps d’observer autre chose que nous-même.

Prendre l’air est cependant encouragé par Sophie Wilmès, Première ministre : « L’activité en plein air est autorisée et même recommandée. Elle peut s’exercer strictement avec un membre de la famille vivant sous le même toit ou un ami. » Les sports collectifs sont, quant à eux, interdits. Les stades et autres complexes sportifs sont fermés, jusqu’à nouvel ordre. Il est toujours possible d’effectuer son jogging, ce que pas mal de personnes font, en solo ou à deux en respectant la distance de sécurité.

Interdiction de se rassembler

La Première ministre a appelé à la distanciation physique mais pas sociale. « Il est important de respecter une distance raisonnable entre les individus. Tous les rassemblements sont interdits. » Heureusement que la technologie nous permet de garder le contact, sans oublier les grands-parents qui n’y ont pas forcément accès.

Les parcs restent ouverts pour pouvoir prendre l’air, sans s’asseoir sur un banc ou se poser dans l’herbe. Ce n’est pas le moment de faire un pique-nique. Les enfants en profitent pour sortir leur vélo. Il faut leur expliquer qu’ils ne peuvent pas aller jouer à la plaine de jeux.  « Les parcs régionaux, quant à eux, restent ouverts. Nous insistons toutefois pour que les usagers respectent scrupuleusement les règles de distanciation sociale. »

Le confinement permet un répit à la nature. Certains constats ont déjà pu être faits. A Venise, l’eau est devenue plus claire et des poissons ont été aperçus dans les canaux. En Chine, le ciel n’a jamais paru si bleu. En Italie, la pollution de l’air a baissé… Et demain ?

Nouveau sur Mammouth

Quel avenir pour les commerces à Verviers ?
Les insectes : une pilule difficile à faire avaler
A quand des fruits et légumes sans plastique en Belgique ?
Prix de l'énergie : quel impact sur les étudiants ?