Quand handicap rime avec autonomie

Mammouth a suivi le quotidien de Marie et Chloé, deux jeunes femmes en situation de handicap, déterminées à s'émanciper via la vie en colocation. Reportage photo.

par

Photos : Diane de Molinari (CC BY NC ND)

Mammouth a suivi le quotidien de Marie et Chloé, deux jeunes femmes en situation de handicap, déterminées à s’émanciper via la vie en colocation. Reportage photo.

Photos : Diane de Molinari (CC BY NC ND)

Handicap. Un mot universel aux clichés qui le sont tout autant. Et s’il était temps de montrer au monde qu’être porteur d’un handicap pouvait rimer avec autonomie ?

En colocation depuis 2020 grâce à l’ASBL Les Anémones, Chloé et Marie nous font voyager dans leur univers. De leurs repas partagés à leurs occupations personnelles, ces deux femmes nous offrent un plongeon dans un quotidien tout simplement heureux. Une escapade riche en enseignements, dans laquelle Chloé et Marie nous montrent leur détermination à passer outre les freins imposés par le handicap.

Chloé face à la caméra.
Jeune femme aux grands rêves, Chloé a une façon de réfléchir bien différente de la nôtre. Elle nous emmène dans un monde peuplé d’impressionnants chevaux et de princes charmants, où la pluie n’est pour elle qu’un simple détail lors de ses promenades tant aimées. Rire, sourire, étonnement, incompréhension parfois, Chloé s’épanouit dans la vie qu’elle mène.
Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Marie dans son canapé, face à la caméra.
D’un air plutôt sérieux de prime abord, Marie est en réalité une personne douce et attendrissante. Sous sa carapace d’intouchable, ce petit cœur tout mou se dévoile finalement. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Marie et Chloé en plein débat.
La vie en colocation, ce n’est pas toujours simple. Des débats sur la fréquence des lessives jusqu’aux chaussures sales dans l’appartement, les discussions peuvent être assez vives entre les deux jeunes femmes.
Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Chloé qui fait ses courses au supermarché.
Chaque lundi, c’est le jour des courses pour Chloé. Une fois rentrée du travail, elle embarque son caddie fraîchement reçu pour Noël et se met en route pour le supermarché, situé à seulement une dizaine de minutes.
Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Chloé et Marie sont assises, écoutant leur éducatrice qui rappelle les règles.
Si le lundi rime avec courses, il rime aussi avec la visite hebdomadaire de Sandra, éducatrice aux Anémones. Et si ses visites sont généralement appréciées des deux jeunes femmes, Sandra se doit aussi de parfois remettre les pendules à l’heure.
Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Chloé sourit, les cheveux au vent.
Chaque après-midi, Chloé s’aventure dans une balade autour du lac de Louvain-la-Neuve. Elle y croise les habitués du coin, les chiens en promenade – vers lesquels elle n’hésitera jamais de se précipiter pour les caresser -, et profite simplement du bonheur de marcher. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Marie, assise dans son fauteuil, joue sur son iPad.
Si Chloé adore se promener, Marie opte, elle, pour une relaxation version Candy Crush sur l’iPad. À seulement 6 ans, elle a appris être atteinte d’une tumeur au cerveau. L’opération qui s’en suivit lui causa un équilibre instable. Chaque pas est un effort pour elle, mais surtout une source de stress. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Chloé rigole sur sa terrasse.
Si Marie sort sur le balcon, Chloé ne sera jamais très loin. Et évidemment, elle sera toujours le meilleur public que Marie puisse trouver ! Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Marie fume un cigarette sur le balcon.
Fumer tue. Personne n’y fait exception, alors pourquoi se priver sous prétexte d’un handicap ? Marie l’a bien compris, et même si elle est consciente de ses problèmes de santé, elle mène le même débat que ses semblables : « Ce n’est pas si facile que ça d’arrêter de fumer, Diane ». Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Chloé fait tourner une machine à laver.
Femme de ménage de profession, Chloé est une grande habituée des buanderies. C’est d’ailleurs sa tâche préférée à l’Essentiel, centre de soutien aux personnes handicapées au sein duquel elle est employée. Dans la colocation, c’est donc elle qui s’occupe du linge. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Marie utilise la machine à coudre.
Mardi, mercredi et jeudi, Marie se rend au centre de jour l’Escalpade, accueillant principalement des adultes de grande dépendance. Là, elle a l’occasion de faire différentes activités telles que la cuisine, le bricolage, la musique ou encore la couture. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Marie et sa copine Lili rient ensemble.
Depuis le temps que Marie se rend à l’Escalpade, elle a su se faire son cercle de copains. Et comment parler de ses amis sans mentionner Lili ? À peine leurs regards croisés qu’elles s’exaltent toutes les deux à l’idée de se raconter leurs dernières histoires. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Chloé lave la rampe d'escalier.
Depuis 8 ans, Chloé travaille à l’Essentiel. Ce centre d’accueil pour personnes porteuses d’un handicap a décidé d’également ouvrir le champ des possibilités au niveau de ses employés. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Chloé fait le ménage à son travail.
Assidue dans son travail, Chloé ne se laisse distraire pas rien. Si ce n’est par l’un ou l’autre habitant de l’Essentiel, qui réclame à ce que son fauteuil roulant soit nettoyé. « Quand j’aurai terminé ici, loulou ! », leur répond-elle avec gaieté. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)
Chloé et Marie sont pliées de rire à table.
S’échangeant la fonction à tour de rôle, c’est cette fois à Marie de faire le clown à table. Et quel meilleur public que Chloé ? Échange de vidéos sur les chevaux, de ragots sur les garçons et de rires tout simplement. Elles ne partageraient jamais le dîner l’une sans l’autre. Photo : Diane de Molinari (CC BY NC ND)

Si je me suis tournée vers le sujet du handicap autonome, c’est pour présenter la volonté de personnes qui souhaitent dépasser les limites imposées par leur quotidien. Chloé et Marie m’ont, pour ça, accueillie à bras ouverts dans leur vie. Des courses aux promenades, en passant par leurs activités respectives, elles m’ont transportée dans leur univers simplement heureux. Tout au long des deux semaines que j’ai passées en leur compagnie, j’ai rencontré le handicap sous des formes diverses et variées. Et bien qu’on l’ait probablement déjà rencontré une fois dans sa vie, comment se mettre à la place de ces personnes porteuses d’un handicap ? Les sentiments, les émotions, les relations amoureuses. La vie à travers leurs yeux est bien différente de celle que l’on, que je mène personnellement. Assurément une vie plus simple, mais semée d’embûches dont elles ne se rendent généralement pas compte.

Nouveau sur Mammouth

"On est là pour rester"
Festival de Cannes : voici le gagnant du prix "Un certain regard"
Haïti face à la violence des gangs
L'UE à la pointe de l'encadrement de l'IA