“Plus vite on se fait dépister, plus vite on peut être sous traitement”

Dans le cadre de la semaine du dépistage du 22 au 28 novembre, de nombreux centres et associations facilitent l'accès aux dépistages du VIH et des infections sexuellement transmissibles (IST). L'ASBL Ex aequo prend part à cette campagne de sensibilisation.

par , et

Photos: Sybilline Carlot

Dans le cadre de la semaine du dépistage du 22 au 28 novembre, de nombreux centres et associations facilitent l’accès aux dépistages du VIH et des infections sexuellement transmissibles (IST). L’ASBL Ex aequo prend part à cette campagne de sensibilisation.

Photos: Sybilline Carlot

Quelques jours avant la journée mondiale de lutte contre le Sida qui aura lieu le 1er décembre, plusieurs structures offrent à qui le veut l’occasion de faire un bilan sur sa santé sexuelle. 

Jusqu’à dimanche, des centres de dépistages et des associations permettent la prise de rendez-vous gratuits et anonymes. Et ce, à des horaires plus flexibles qu’habituellement. Ces lieux proposent des dépistages du VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles.

En 2019, selon Sciensano, 923 diagnostics de VIH ont été enregistrés. Un chiffre qui témoigne du bon fonctionnement du système de dépistage belge. Thierry Martin, responsable de la Plateforme Prévention Sida le confirme : « la Belgique est le pays où la prise en charge médicale, le dépistage est à son maximum. Les statistiques belges dépassent largement les objectifs fixés par l’ONUSIDA« .


Nouveau sur Mammouth

Digitalisation de la justice : pour ou contre ?
"Sexisme en coulisse" dans la sphère politique
Pédopsychiatrie : « Le Covid-19 a augmenté l'anxiété des jeunes »
La Belgique reste cramponnée à la cigarette