Non-essenti-elles ?

Alors qu'une délégation représentant les métiers de contact rencontre le Premier ministre, Mammouth interroge celles que le gouvernement juge toujours comme non-essentielles. Et soulève la dimension genrée des mesures actuelles.

par , et

Photo : Candice Bussoli (CC BY NC ND)

Alors qu’une délégation représentant les métiers de contact rencontre le Premier ministre, Mammouth interroge celles que le gouvernement juge toujours comme non-essentielles. Et soulève la dimension genrée des mesures actuelles.

Photo : Candice Bussoli (CC BY NC ND)

Coiffeuses, esthéticiennes, masseuses… Les métiers de contact seraient-ils plutôt exercés par des femmes ? En effet, à l’exception des tatoueurs, ces métiers sont principalement féminins. 81,7% des coiffeurs sont des femmes, 99% des esthéticiennes sont des femmes. Les femmes sont donc particulièrement affectées par les mesures gouvernementales actuelles. Elles qui étaient déjà en première ligne face à la pandémie, étant plus nombreuses dans les métiers du soin. Une situation inquiétante quand on sait que, selon une enquête de Coiffure.org, 74% des coiffeurs considèrent que la crise du Covid, représente une réelle menace pour la poursuite de leurs activités.  

En plus de devoir faire une croix sur leur chiffre d’affaire de la fin d’année, les professionnel.les des métiers de contact ont du consentir à des investissements pour la réouverture qui a suivi le premier confinement. En effet, nombre de salons de coiffure et d’esthétique s’étaient déjà adaptés pour limiter la propagation du virus. L’UCM estime le coût des dépenses supplémentaires entre 1500 et 2000€ par salon.   

Ce mardi matin, une délégation représentant notamment les professionnels des métiers de contacts a rencontré le Premier ministre, Alexander de Croo. La délégation espérait obtenir une réouverture des salons de coiffure, des centres de beauté ou encore de massage pour le 15 décembre. C’est niet. Mais ils ont obtenu que leur sort soit rediscuté pour le prochain comité de concertation, le 18 décembre, et qu’une étude scientifique soit menée pour déterminer s’ils représentent ou non un lieu de contaminations.

Nouveau sur Mammouth

Quelles solutions pour éviter le gaspillage alimentaire ?
Le zéro déchet absolu est-il possible ?
Le vrac face aux emballages
Les Repair Cafés contre l’obsolescence programmée