Métiers en pénurie : migrer pour travailler

Rien qu’en Wallonie, on compte 239 postes de boucher à pourvoir, alors que le nombre d’étudiants dans cette filière ne cesse de diminuer. Une pénurie à laquelle la migration pourrait répondre.

par , et

Photo : Marie-Flore Pirmez (CC BY NC ND)

Rien qu’en Wallonie, on compte 239 postes de boucher à pourvoir, alors que le nombre d’étudiants dans cette filière ne cesse de diminuer. Une pénurie à laquelle la migration pourrait répondre.

Photo : Marie-Flore Pirmez (CC BY NC ND)

Parmi les 72 métiers en pénurie listés par le FOREM, on retrouve celui de boucher. À la Maison Lanssens, une boucherie bruxelloise, les patrons ont été jusqu’en Roumanie pour trouver un ouvrier qualifié. La migration est donc, peut-être, une des solutions pour combler le manque de main d’oeuvre dans certains corps de métier.

Nouveau sur Mammouth

Parler de couleur de peau : encore tabou ?
Quand les données Spotify jouent avec nos émotions
Paris sportifs : les tipsters ont la cote
"Après le silence" : survivre aux abus, reconstruire l'Église