Maisons de repos : quel avenir dans la solitude ?

Au cœur de la deuxième vague du Covid-19, nous sommes partis à la rencontre de résidents en maisons de repos.

par , , et

Photo : Vieil Home - Nicolas Dabe (CC BY NC ND)

Au cœur de la deuxième vague du Covid-19, nous sommes partis à la rencontre de résidents en maisons de repos.

Photo : Vieil Home – Nicolas Dabe (CC BY NC ND)

Depuis le début de la crise du coronavirus, les maisons de repos sont au centre de toutes les attentions. Pourtant, l’épidémie de Covid-19 y a mis en lumière des dysfonctionnements préexistants. La crise sanitaire a exacerbé l’isolement des séniors et révélé toutes les limites actuelles de nos homes : personnel peu nombreux et accompagnement des résidents restreint.

Un mémoire médiatique au plus près des pensionnaires

Nous nous sommes donc interrogés sur la structure des homes en Belgique, en comparant deux modèles : le traditionnel, une maison de repos du secteur privé et un autre modèle venu des pays scandinaves : le tubbemodellen. Ce dernier place le résident au cœur du processus décisionnel.

Ce mémoire médiatique est le fruit d’un travail de plusieurs mois. Un travail que nous avons voulu proche des personnes directement concernées. Notre volonté : vous raconter leurs histoires, transmettre leurs témoignages.

Merci à nos crowdfunders :
Anthony Vandendael, Benoit De Pelsemaeker, Marine Duchâteau, Joëlle Dumont, Isabelle Laperche, Félicie Mortier, Yvonne Pellaud, Marie-Flore Pirmez, Muguette Robinet, Christophe Thollot, Isabelle Trevisiol, André Wagner

Nouveau sur Mammouth

Don de sang en Belgique : gay-unfriendly ?
Cultes : un grand pas pour la femme
Sans-abrisme : vers la fin du plan hiver
Quel avenir pour les commerces à Verviers ?