Je viens d'Ukraine

A l'heure où le monde entier a les yeux rivés sur Kiev, nous avons rencontré des Ukrainien.nes expatriés en Belgique ou qui viennent d'arriver dans notre pays. Ils nous livrent leurs inquiétudes et leur regard sur la guerre qui frappe leur pays.

par

Photos et vidéos : Mammouth (CC BY NC SA)

A l’heure où le monde entier a les yeux rivés sur Kiev, nous avons rencontré des Ukrainien.nes expatriés en Belgique ou qui viennent d’arriver dans notre pays. Ils nous livrent leurs inquiétudes et leur regard sur la guerre qui frappe leur pays.

Photos et vidéos : Mammouth (CC BY NC SA)

Yana : « Il n’y a pas de système électronique pour s’enregistrer. Je suis sûre que certaines familles n’ont pas encore d’hébergement. »

Les premiers bombardements ont lieu en Ukraine. De son côté, Yana fait son maximum pour venir en aide aux réfugiés qui arrivent en Belgique en s’investissant dans l’organisation « Promote Ukraine ».

Kristina : « Je suis hantée par la culpabilité d’être ici »

Le quotidien étudiant de Kristina est boulversé par les récents événements en Ukraine. Alors qu’elle est à Bruxelles pour suivre ses études, elle tente de gérer l’angoisse quant à ses proches restés à Kyiv.

Arina : « Ma mère est partie chercher ma famille en Ukraine« 

Alors que sa maman vient tout juste de partir en Ukraine pour aller rechercher sa famille, Arina 22 ans nous raconte son quotidien chamboulé.

Alexandra : « J’espère que ce que j’envoie aidera les gens dans mon pays« 

La danse, c’est ce qui aide Alexandra à tenir, chaque jours. Loin de sa patrie, elle essaye d’aider les siens, malgré la distance qui les sépare.

Sasha : « Dans une guerre, il n’y a pas que l’affrontement qui est important. Ce qui suit derrière est très important aussi »

Sasha habite à Eghezée, près de Namur. Depuis son quartier, il a lancé un élan de solidarité pour amener du ravitaillement jusqu’à Lviv, à la frontière ukrainienne.

Nouveau sur Mammouth

Journal Télévisé -Become 18/05
Refuge LGBTQIA+ : une année pour se retrouver
Fausse couche précoce : "Cinq ans après, je m'autorise enfin à être mal"
Bruxelles-Rabat : deux capitales, un engagement