J'ai testé pour vous : le cinéma en plein air

Alors que la crise sanitaire est venue restreindre le plaisir des cinéphiles amateurs de salles obscures, les cinémas drive-in séduisent de plus en plus. De quoi s'inscrire dans les habitudes des belges ?

par

Louisianne Verlende

Alors que la crise sanitaire est venue restreindre le plaisir des cinéphiles amateurs de salles obscures, les cinémas drive-in séduisent de plus en plus. De quoi s’inscrire dans les habitudes des belges ?

Louisianne Verlende

Depuis le début de la pandémie, je n’ai pas eu l’occasion de faire une sortie entre amis qui soit réellement COVID « friendly ». Mais ce soir, à l’affiche du Movie Drive de Tour & Taxis, il y a The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson. Une bonne solution pour profiter d’une soirée ensemble, tout en respectant les mesures sanitaires. La séance ne commence qu’à 19h. Avec mes amies Abi et Laura, nous décidons de passer au Food truck et Sweet Corner pour manger quelque chose et prendre un paquet de popcorn avant le début du film. 

Ici, il est possible de visionner une grande sélection de films depuis sa voiture ou, pour les piétons et cyclistes, depuis des sièges en terrasse. Les films sont diffusés sur un écran géant, en VO sous-titrés français et néerlandais et, dans les voitures, le son est capté directement via la radio FM. 

J’ai déjà vu The Grand Budapest Hotel, mais je suis surtout là pour l’expérience car je n’ai jamais eu l’occasion d’assister à la projection d’un film en plein air. Le Movie Drive est comme un cinéma classique. La seule différence est qu’on est dans notre voiture et que l’on peut donc discuter, commenter le film, rigoler ensemble, sans se soucier de déranger les autres spectateurs. Le seul bémol selon Laura est que « au-delà de deux personnes en voiture, ça devient compliqué de bien voir l’écran pour ceux qui sont assis à l’arrière ». J’étais moi-même assise à l’arrière et il est vrai que j’ai dû un peu me tordre pour bien voir l’écran. D’après ce que j’ai pu voir, certains ont eu l’idée de se garer en marche arrière et de s’installer dans le coffre de leur voiture avec des couettes et des coussins pour être plus confortablement installés et pour mieux voir l’écran. Pour ceux venus à pied ou à vélo, aucun souci à ce niveau-là. Cependant, le temps se gâte un court instant durant le film et il n’y a rien à disposition pour se protéger de la pluie. En voiture, on était bien au chaud et au sec. Vers 21h, le film se termine et on rentre chez nous. 

Des grands classiques

Le Movie Drive propose une programmation éclectique : Pulp Fiction, Retour Vers le Futur, Interstellar, Grease, Harry Potter et tant d’autres. Des grands classiques qui sont d’ailleurs diffusés plusieurs fois par semaine. Les organisateurs, Ningyou Cai et Sydney Custers. Ils ont pris la décision de ne diffuser que des films étant déjà sortis en salle. Pourquoi faire ce choix ? Contactés par téléphone, ils expliquent que la première raison est qu’il est difficile de diffuser de nouveaux films, étant donné qu’il y en a peu qui sont sortis dernièrement. La seconde raison est que ces films classiques sont des valeurs sûres. David Rivir, directeur de production du Movie Drive rencontré sur place, indique que « même si ce sont des films vus et revus, il est presque logique de venir les revoir au drive-inLe Movie Drive est devenu LE nouveau lieu de sortie, que ce soit entre amis ou en couple ».

public sur la terrasse du Movie Drive
L’écran-LED de 24 mètres de long sur 14 mètres de haut en fait le plus grand écran géant d’Europe. Photo : Louisianne Verlende

Réinventer le cinéma

Les cinémas traditionnels ont pu rouvrir leurs portes depuis début juillet, mais, à cause de la crise sanitaire, il faut impérativement respecter les distances de sécurité dans les salles. Les spectateurs doivent être espacés d’au moins 1,5m les uns des autres et le port du masque est obligatoire. Ces mesures ont eu pour conséquence une baisse importante de l’audience. Une baisse encore renforcée par le fait que les sorties de films en salle sont pour la plupart reportées à l’année prochaine.

Les cinémas en plein air sont populaires aux États-Unis depuis longtemps, mais on ne les voit que très peu chez nous. Avec l’arrivée du COVID en Belgique, ce genre d’événement s’est multiplié un peu partout et semble rencontrer un grand succès. Ningyou Cai et Sydney Custers voulaient créer un évent COVID-free, qui devait se dérouler du 3 juillet au 27 septembre. « Ca a tellement bien fonctionné cet été, qu’on a décidé de prolonger l’événement jusqu’au 1er Novembre ». 

Le Movie Drive n’est pas le seul cinéma en plein air de Belgique. A Bruxelles, on retrouve également Bruxelles fait son cinéma, mais il y a aussi les Grignoux à Liège, le Rooftop du Delta à Namur, Les toiles estivales à Mons ou encore Kinepolis On Tour partout en Belgique.

Le milieu culturel s’est vu totalement immobilisé par la pandémie actuelle et a donc dû trouver un moyen de se réinventer. Cinéma en plein air, dîners-concerts… d’après David Rivir « le milieu artistique et événementiel a réussi à se recréer et à s’adapter à la situation ». La question est de savoir si ce genre d’événements aura encore de succès une fois la crise sanitaire terminée, ou s’ils ne sont qu’une solution temporaire.

Article : Louisianne Verlende
Vidéo : Sarah Duchêne, Elise Leloup, Xander Vlassenbroeck

Nouveau sur Mammouth

Ben, l'ami des oubliés
L'internat pour adultes, l'alternative aux kots étudiants
J'ai essayé le test antigénique en Sicile
Paradoxales, les femmes dans la société russe