Harcèlement : de la rue aux écrans

Yasmine a été agressée devant son université. Depuis, elle s'est engagée aux côtés de Touche Pas A Ma Pote et se fait un plaisir de tourner en dérision les messages d'insultes envers les femmes.

par , et

Image : Capture d'écran de Facebook

Yasmine a été agressée devant son université. Depuis, elle s’est engagée aux côtés de Touche Pas A Ma Pote et se fait un plaisir de tourner en dérision les messages d’insultes envers les femmes.

Image : Capture d’écran de Facebook

Depuis la crise sanitaire et le couvre-feu, le harcèlement de rue a pris de nouvelles formes. Loin de s’essouffler, il se serait développé sur les écrans. Le sentiment d’insécurité des victimes s’est lui aussi amplifié. Ces dernières se sentent coincées, inaudibles.

Il y a quatre ans, Yasmine Sellimi a été agressée devant son université, sous les yeux des passants. Depuis, elle a rejoint l’ASBL Touche Pas A Ma Pote, une organisation qui se bat contre le harcèlement de rue et le sexisme. Très engagée, la jeune femme a accepté de lire quelques tweets et commentaires sexistes dégotés sur la toile. Elle y répond sans tabous.

Nouveau sur Mammouth

Parler de couleur de peau : encore tabou ?
Quand les données Spotify jouent avec nos émotions
Paris sportifs : les tipsters ont la cote
"Après le silence" : survivre aux abus, reconstruire l'Église