Des roses en novembre ? C'est le bouquet !

Est-ce bien raisonnable d'offrir des fleurs venues par avion de Colombie et parfumées de produits chimiques ? Mammouth a rencontré des fleuristes qui s'orientent vers une production durable, locale et de saison.

par , , et

Photo : Timo C. Dinger (Unsplash)

Est-ce bien raisonnable d’offrir des fleurs venues par avion de Colombie et parfumées de produits chimiques ? Mammouth a rencontré des fleuristes qui s’orientent vers une production durable, locale et de saison.

Photo : Timo C. Dinger (Unsplash)

Des fleurs sans agent chimique, qui poussent au rythme des saisons et qui ne traversent pas les océans, c’est ce qu’on appelle le « slow flower ». Nous avons rencontré Dorothé De Keizer, loin des hangars où les fleurs sont vendues en grande quantité et sous plastique. Cette horticultrice installée à 15 kilomètres de Bruxelles fait pousser ses fleurs sans l’aide des pesticides ou de serres chauffées. Une fleur 100% naturelle que l’on peut retrouver chez Hélène Deudon, une jeune fleuriste éco-responsable. Les deux passionnées misent avant tout sur un marché plus local et de saison.

Alizée Lambin, Emma-Louise Krief, Diego Laga, Denise Maraite

Nouveau sur Mammouth

Toi aussi tu es perdu pour les élections européennes ?
Violences gynécologiques : elles témoignent
Dis, pour qui je vote le 9 juin ?
Taxer le patrimoine des riches : réaliste ou populiste ?