Bruxelles et biodiversité, des mots qui vont bien ensemble

Bruxelles est considérée comme l’une des capitales les plus « vertes » d’Europe. Mais qu’en est-il réellement de sa biodiversité ?

par

Photos : Solenne Deineko (CC BY NC ND)

Bruxelles est considérée comme l’une des capitales les plus « vertes » d’Europe. Mais qu’en est-il réellement de sa biodiversité ?

Photos : Solenne Deineko (CC BY NC ND)

De toutes les régions de Belgique, Bruxelles comprend la plus petite représentation d’espèces menacées de vertébrés. Toutefois, malgré une urbanisation galopante, Bruxelles regorge d’une riche biodiversité. Naturaliste amateur et riverain de la friche Josaphat, Benoît De Boeck nous en dit un peu plus sur la biodiversité bruxelloise.

Quel est l’état actuel de la biodiversité à Bruxelles ? 

La Région de Bruxelles-Capitale offre encore une biodiversité assez riche. Ainsi le portail observations.be, utilisée par la plupart des naturalistes, recense 5 981 espèces déjà observées dans notre Région sur les 22 300 observées en Belgique. Soit près de 27% de la faune et la flore observée en Belgique.

Quel type de faune et de flore sauvage peut-on trouver à l’intérieur même de la ville de Bruxelles ? 

Je ne saurais pas vous les citer comme ça, mais vous pouvez déjà constater qu’il y a 1117 espèces de champignons, 888 espèces de plantes ou encore 884 espèces de papillons de nuit…

Certaines de ces espèces sont-elles considérées comme nuisibles ?

Certaines espèces exotiques, échappées de captivité ou naturalisées (plantes exotiques) sont considérées comme invasives : Renouées du Japon, Ouettes d’Égypte, Écrevisses de Louisiane, Perruches… En Région Bruxelloise, à ce stade, peu de choses sont mises en place pour les contenir. Toutefois, leur dynamique est étudiée et suivie pour s’assurer que ces espèces ne mettent pas en danger des espèces indigènes.

Des actions sont-elles mises en place pour sauvegarder et protéger la biodiversité bruxelloise ?

Assez peu, en tout cas depuis la mise en place de la zone Natura 2000. Natura 2000 est un réseau d’espaces protégés et est issue d’une directive européenne. Cette directive impose notamment de préserver et de protéger un certain pourcentage de territoire.

Benoît De Boeck, naturaliste et riverain de la friche de Josaphat

La biodiversité est-elle en diminution depuis ces dernières années ?

Le rapport de la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), publié le 6 mai 2019, alerte sur une perte de biodiversité historique. Il informe notamment sur le fait que la nature décline à un rythme sans précédent dans l’Histoire de l’humanité. Et que cela risque de provoquer, dès maintenant, des effets graves sur les Hommes du monde entier. Ce rapport explique aussi que jusqu’à 1 million, des 8 millions d’espèces animales répertoriées, seraient menacées d’extinction. Mais surtout que la principale cause d’une diminution de la biodiversité de la planète est due, avant tout, à la chasse et à la pêche, les deux étant liés à la destruction des habitats de la faune et de la flore.

Que peut-on faire en tant que citoyen pour protéger la biodiversité ? 

Se mobiliser contre tout projet d’urbanisme qui serait destructeur pour la biodiversité. Actuellement, des petits groupes de citoyen déterminés luttent un peu partout, parfois en emmenant même en Justice certains des multiples projets urbanistiques de la Région. Sensibiliser à la beauté et à la richesse de la biodiversité d’un lieu est aussi une manière de faire. Le petit parc Tenbosch à Bruxelles a ainsi été sauvé après plus de 10 ans de lutte d’un comité de quartier, opposé à un projet de construction ébauché par un promoteur.

Nouveau sur Mammouth

Battre le fer en temps de pandémie
Chez soi : une lecture voyageuse
Rêverie funésienne
Fact-checking : Forest a-t-elle augmenté ses taxes en cas de décès?