Activisme en ligne, activisme paresseux ?

Hashtags, photos, pétitions, les réseaux sociaux sont devenus de vrais terrains pour défendre des causes qui nous tiennent à cœur. Peut-on pour autant qualifier ces actions d'activisme ?

par et

Pixabay (CC)

Hashtags, photos, pétitions, les réseaux sociaux sont devenus de vrais terrains pour défendre des causes qui nous tiennent à cœur. Peut-on pour autant qualifier ces actions d’activisme ?

Pixabay (CC)

Il y a quelques semaines, vous avez pû voir un nombre incalculable de carrés bleus sur votre Instagram. Cette action, orchestrée par Raphaël Glucksmann, visait à mettre en lumière le traitement des Ouïghours en Chine. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres mouvements nés en ligne, qui rencontrent énormément de succès. Ces nouvelles méthodes d’activisme ne font malgré tout pas l’unanimité, jugées à la fois trop faciles et peu utiles. Qu’en est-il réellement ?

Pour répondre à cette question, nous avons rencontrés plusieurs acteurs de terrain comme Amnesty International Belgique et Youth For Climate qui nous donnent leur ressenti face au boom de ces mouvement en ligne. Afin de mieux comprendre le succès – mais aussi les critiques – de ces nouveaux outils, nous nous sommes également entretenues avec Nicolas Baygert, docteur en sciences de l’information et de la communication.

Nouveau sur Mammouth

Pourquoi lire Nietzsche aujourd'hui ?
Les mèmes, cet art éphémère du web
Je t’aime... à la folie
La divination : Sherlock Holmes ou Madame Irma ?