Valérie Glatigny dans mon amphi'

Pas épargnés par une pandémie qui les a cloués sur leur chaise de bureau, les étudiants de BLOC3, section Presse et Information de l'IHECS ont pu rencontrer et échanger avec la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Jeunesse, Valérie Glatigny (MR).

par

Photo : Arthur Parzysz (CC BY NC ND)

Pas épargnés par une pandémie qui les a cloués sur leur chaise de bureau, les étudiants de BLOC3, section Presse et Information de l’IHECS ont pu rencontrer et échanger avec la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Jeunesse, Valérie Glatigny (MR).

Photo : Arthur Parzysz (CC BY NC ND)

« Ah ! Je t’entends. Je t’entends très bien. Oui, c’était désagréable. On croit être mort. On entend et on ne peut pas se faire entendre…………… Non, très, très bien. C’est même inouï qu’on nous laisse parler si longtemps. D’habitude, on coupe au bout de trois minutes et on redonne un faux numéro. » C’est par ces mots que l’héroïne de Cocteau renoue contact avec son amant, suite à une énième coupure téléphonique. Si la relation qui lie les étudiants à « leur » Ministre n’a rien à envier à celle de « La Voix Humaine », la démarche s’en rapproche, tant la ligne entre les deux parties a semblé instable au cours des derniers mois.

Se rencontrer, en vrai, et échanger, pour de vrai, était donc l’objectif du débat organisé ce mardi 27 avril, à l’IHECS, en présence de la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny. Une heure et une dizaine de questions à une ministre qui détient presque autant de compétences. Au final, qu’en pensent les premiers intéressés ? « Mitigé », « Un peu court », « Rien d’extraordinaire, mais une rencontre respectueuse et posée », « Très chouette, mais j’aurais voulu en savoir plus ! » Des réactions représentatives d’une rencontre polie (parfois trop pour certain.e.s) qui s’est vue, in extremis, raccourcie de moitié (agenda de ministre oblige), au grand dam de tous.tes.

Étudiante assise dans un auditoire pose une question dans une micro
Photo : Arthur Parzysz (CC BY NC ND)

« C’est vraiment dommage qu’on ait eu si peu de temps, on avait tellement de questions », regrette une étudiante, qui avoue avoir tout de même changé d’avis sur l’invitée suite à la rencontre : « Même si je ne suis pas contente de toutes les mesures qui ont été prises, je l’ai trouvée très sympathique et à l’écoute ». « Elle nous a vraiment donné une bonne impression et elle avait beaucoup de respect envers les étudiants », abonde un autre.

C’est que Valérie Glatigny sait y faire face à ceux qu’elle appelle (déjà) des « professionnels » du métier. Sous l’œil avisé de la direction de la Haute École qu’elle avait rencontrée en amont, la ministre écoute, prend des notes, avant de remercier systématiquement l’émetteur.trice de la question et d’y répondre.

Deux directeurs discutant discrètement dans l'auditoire
Photo : Ali AL Helli (CC BY NC ND)

Si tous.tes soulignent sa capacité à ne pas se laisser déstabiliser, certain.e.s, comme Rosa, y voient aussi le récit médiatique bien huilé de la part d’une mandataire rompue à l’exercice : « On sentait tout de même que c’était une politicienne. Même si elle rajoutait des anecdotes personnelles dans ses réponses, ce qui la rendait sympathique, on sentait sa stratégie… »

« Je trouve aussi qu’elle n’a pas vraiment bien répondu à quelques questions, pour lesquelles elle ressortait certains de ses arguments de base », complète-t-elle. D’autres soulignent à ce titre qu’une manne de 32 millions a été présentée plusieurs fois comme LA solution, allouée à une variété de compétences, faisant preuve d’un merveilleux don d’ubiquité budgétaire.

La Ministre Glatigny prend des notes avant de répondre
Photo : Ali AL Helli (CC BY NC ND)

Dans tous les cas, « c’est vraiment à refaire », conclut Luna, à propos d’une rencontre qui se sera conclue sur l’annonce d’une rentrée « normale » en septembre 2021. Une rencontre qui aura eu le mérite de donner la parole à chacun, alors qu’un étudiant nous confiait, en amont, craindre un format conférence de presse. Une rencontre, surtout, pour entendre, se faire entendre, et comme l’héroïne de Cocteau, garder le contact.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la rencontre en vidéo

Les compétences de la Ministre étant nombreuses, les questions des étudiants le furent aussi. Pour retrouver les différentes thématiques abordées, veuillez suivre les indications temporelles ci-dessous :

0:00 Introduction
3:00 Enseigner au temps du Covid-19
11:30 Étudier au rythme de la pandémie
23:00 Informations et désinformations
33:00 Recherche scientifique
36:50 Inégalités face au numérique et dispositifs d’aide
47:30 Le mal-être des étudiants
54:00 Perspectives pour la rentrée 2021

Nouveau sur Mammouth

Quel avenir pour les commerces à Verviers ?
Les insectes : une pilule difficile à faire avaler
A quand des fruits et légumes sans plastique en Belgique ?
Prix de l'énergie : quel impact sur les étudiants ?