Puits fantômes, plaie ouverte en mer du Nord

Au début du 20e siècle, des millions de puits de pétrole ont été forés à travers le monde par les géants pétroliers. Après quelques années, ces puits sont délaissés, mais ils continuent d’émettre des gaz extrêmement toxiques et dangereux.

par et

Audrey Cador (CC BY NC)

Au début du 20e siècle, des millions de puits de pétrole ont été forés à travers le monde par les géants pétroliers. Après quelques années, ces puits sont délaissés, mais ils continuent d’émettre des gaz extrêmement toxiques et dangereux.

Audrey Cador (CC BY NC)

Les puits fantômes sont d’anciens puits pétroliers abandonnés, qui n’ont pas été rebouchés en raison du coût que cela engendrerait. Ils sont simplement déclarés inactifs.

Problème : ces puits fantômes sont de véritables bombes à retardement, au niveau écologique. Ils émettent notamment du méthane dans l’atmosphère et dans la mer. Mammouth vous explique pourquoi ces puits sont dangereux pour la faune, la flore et pour la santé humaine.

Une nouvelle vie pour ces puits de pétrole ?

Une solution possible pour régler ce problème écologique serait de recycler ces puits en réservoirs géothermiques. Cela permettrait de produire de l’électricité.

Un test a été réalisé en avril 2021 par des chercheurs américains de l’Université de l’Illinois aux États Unis. Les chercheurs ont infiltré de l’eau chauffée à 50 °C durant trois jours dans le circuit. Ensuite, ils ont surveillé les conditions thermiques, de pression et hydrauliques pendant 5 jours. Le stockage thermique de cette eau peut avoir une efficacité de 82%.

En plus d’être écologique, cette solution est peu coûteuse. Elle offre une production d’électricité moyenne de 13 centimes de kilowattheure alors qu’en Belgique le prix du kilowattheure est de 28 centimes.


Nouveau sur Mammouth

Art Nouveau à rénover
Techno toujours par iels
Puits fantômes, plaie ouverte en mer du Nord
Du déni à l'amour : parcours d'une mère