Pourquoi (ne pas) fêter la mort ?

Le 2 novembre, lendemain de la Toussaint, nous célébrons nos morts. Si chez nous, la célébration est celle du souvenir nostalgique, ailleurs, le jour des morts, est un véritable jour de fête. 

par et

Photo: Pixabay (CC)

Le 2 novembre, lendemain de la Toussaint, nous célébrons nos morts. Si chez nous, la célébration est celle du souvenir nostalgique, ailleurs, le jour des morts, est un véritable jour de fête. 

Photo: Pixabay (CC)

Généralement, en Occident, la fête des morts est une journée peu joyeuse. C’est simplement le moment de penser à nos êtres chers disparus, mais sans pour autant faire la fête pour eux. Comment se fait-il qu’il en soit ainsi ? Pourquoi ailleurs les morts se fêtent et pas chez nous ? Nous sommes partis à la rencontre du Père Gregory pour comprendre cette tradition au sein de l’église catholique avant de nous envoler au Mexique, là où ce jour est une véritable fête populaire. Le tout encadré par le spécialiste de l’anthropologie de la mort, Aurélien Baroiller.



Nouveau sur Mammouth

Digitalisation de la justice : pour ou contre ?
"Sexisme en coulisse" dans la sphère politique
Pédopsychiatrie : « Le Covid-19 a augmenté l'anxiété des jeunes »
La Belgique reste cramponnée à la cigarette