Inceste : Pour que la honte change de camp

Alors qu'elle n'est qu'une enfant, Prisca subit des attouchements de la part de son père et de sa grand-mère. Durant 12 années, l'amnésie traumatique enfuit ces souvenirs douloureux au fond de sa mémoire. Aujourd'hui, elle témoigne, pour que la honte change de camp.

par

Photo : Audrey Forman (CCBY NC SA)

Alors qu’elle n’est qu’une enfant, Prisca subit des attouchements de la part de son père et de sa grand-mère. Durant 12 années, l’amnésie traumatique enfuit ces souvenirs douloureux au fond de sa mémoire. Aujourd’hui, elle témoigne, pour que la honte change de camp.

Photo : Audrey Forman (CCBY NC SA)

Après des années de silence, Prisca a décidé de témoigner des violences sexuelles qu’elle a subies durant son enfance.

Selon l’OMS, 20% des femmes seraient concernées par l’inceste au niveau mondial. S’il n’existe pas de chiffres officiels pour la Belgique, on estime que 2 à 4 enfants par classe sont concernés. Depuis le confinement, le nombre de signalements auprès de SOS Inceste a explosé.

Nouveau sur Mammouth

Journal Télévisé -Become 18/05
Refuge LGBTQIA+ : une année pour se retrouver
Fausse couche précoce : "Cinq ans après, je m'autorise enfin à être mal"
Bruxelles-Rabat : deux capitales, un engagement