Mères porteuses : des "ventres à louer" ?

Avec son documentaire "Naître d'une Autre", Cathie Dambel questionne la gestation pour autrui (GPA), tantôt remède au désespoir, tantôt cause de souffrance supplémentaire.

par

Image extraite du documentaire "Naître d'une Autre"

Avec son documentaire “Naître d’une Autre”, Cathie Dambel questionne la gestation pour autrui (GPA), tantôt remède au désespoir, tantôt cause de souffrance supplémentaire.

Image extraite du documentaire “Naître d’une Autre”

Alors qu’en France la gestation pour autrui (GPA) est interdite, en Belgique, cette pratique est tolérée à certaines conditions. La loi stipule qu’une mère porteuse ne peut être que « relationnelle » (de la même famille ou une amie proche), et qu’aucune transaction financière n’est pas permise.

Cathie Dambel était à l’origine opposée à la GPA. “Comment peut-on réduire la femme à un ‘ventre à louer’?“, disait-elle avant de réaliser le documentaire “Naître d’une Autre”. Ce qui lui paraît alors comme une dérive inacceptable de la science la pousse à réaliser un film qui fera évoluer sa perception de cette pratique, et de ceux qui y ont recours. À travers les rencontres de mères porteuses, de familles qui ne peuvent enfanter, d’associations et de membres du personnel médical en Belgique, Cathie Dambel s’interroge : comment répondre à la souffrance engendrée par l’infertilité sans en produire d’autres ?

Nouveau sur Mammouth

Ben, l'ami des oubliés
L'internat pour adultes, l'alternative aux kots étudiants
J'ai essayé le test antigénique en Sicile
Paradoxales, les femmes dans la société russe