La fin d'une vie d'amour

Elle a commencé à filmer ses grands-parents à l'âge de 14 ans. Lou Colpé nous parle de son nouveau film à coups de courte paille, de questions courroucées et de chocolats pralinés. C'est l'interview court-circuit.

par

Image extrait du film "Le temps long". Photo DR.

Elle a commencé à filmer ses grands-parents à l’âge de 14 ans. Lou Colpé nous parle de son nouveau film à coups de courte paille, de questions courroucées et de chocolats pralinés. C’est l’interview court-circuit.

Image extrait du film “Le temps long”. Photo DR.

Dans « Le temps long », la namuroise Lou Colpé nous fait découvrir la fin d’une histoire d’amour au travers de son objectif. Pendant plusieurs années, elle filme son grand-père et plus particulièrement sa grand-mère, atteinte d’Alzheimer. Un long métrage touchant qui aborde une maladie souvent mal comprise. La jeune réalisatrice ne se contente pas de faire une compilation des moments d’oubli, mais soulève un réel débat de société : la mise en institution des personne âgées, le respect des aînés, la fin de vie et la maladie.

Attention attention, suite à quelques problèmes techniques (bah oui, on est toujours étudiants), la vidéo qui suit est susceptible de provoquer le mal de mer, voire une crise d’épilepsie. Nous avons toutefois pris la décision de la publier car le propos représente un réel débat de société qui mérite d’être évoqué ici. #onassume

Heu…

Nouveau sur Mammouth

L'hôpital qui se fout de la charité
Fairebel : vraie solution pour les agriculteurs ?
La plainte inaudible
Vies précaires cherchent bâtiments vides