Jeunes profs en détresse cherchent nouvelle carrière

Selon l'Administration générale de l'Enseignement, un enseignant sur trois quitte la profession après cinq ans d'ancienneté. Ces chiffres alarmants reflètent un véritable mal-être au sein du métier.

par , et

Photos : Max Fischer / CCBY NC SA

Selon l’Administration générale de l’Enseignement, un enseignant sur trois quitte la profession après cinq ans d’ancienneté. Ces chiffres alarmants reflètent un véritable mal-être au sein du métier.

Photos : Max Fischer / CCBY NC SA

La pénurie des enseignants n’est pas un phénomène nouveau. Elle est notamment aggravée par le taux élevé d’abandon des jeunes diplômés : selon les derniers chiffres, datant de l’année scolaire 2014-2015, il est de 34,5% au bout de cinq ans de profession.  

Pour y remédier, la Région wallonne a voté une réforme de la formation initiale des enseignants. Elle passera de trois à quatre ans en septembre 2022 et doit permettre aux étudiants de se préparer davantage aux attentes du métier. Cette réforme suffira-t-elle à préparer nos futurs professeurs à la complexe réalité d’une salle de classe ? 

Différents acteurs de l’enseignement ainsi que des anciens professeurs nous font part de leurs craintes, mais également de leurs espoirs.

Nouveau sur Mammouth

Toi aussi tu es perdu pour les élections européennes ?
Violences gynécologiques : elles témoignent
Dis, pour qui je vote le 9 juin ?
Taxer le patrimoine des riches : réaliste ou populiste ?