Jazz : en coulisses avec Next.Ape

À 27 ans, Antoine Pierre incarne le renouveau de la scène jazz belge. Un talent qui rappelle au monde entier que ce courant musical reste actuel et pertinent. Portrait.

par

Photos : Renaud Verstraete (CC BY NC ND)

À 27 ans, Antoine Pierre incarne le renouveau de la scène jazz belge. Un talent qui rappelle au monde entier que ce courant musical reste actuel et pertinent. Portrait.

Photos : Renaud Verstraete (CC BY NC ND)

Un vendredi soir d’octobre au Botanique. Antoine Pierre présente son nouveau projet : Next.Ape. Un mélange de rock, de jazz et de musiques électroniques. Dans la célèbre salle bruxelloise, on retrouve des jeunes et des moins jeunes. Des amateurs de Jazz, mais pas que. Mélomanes, ils se sont donné rendez-vous pour applaudir celui qui, en coulisses, fait les 400 pas. « Je n’ai jamais été un grand fan de l’attente. Il faut rester concentré pour garder l’intensité destinée à la musique ».

Ce soir est une date importante. La seule de la tournée à la maison, à Bruxelles. La semaine dernière, il y avait 1200 personnes à Rabat et une superbe ambiance à Budapest quelques jours plus tard. Mais aujourd’hui, c’est différent. Il y a cette petite dose d’adrénaline qui rythme l’attente en coulisse. Avant le concert, les 4 musiciens peaufinent les arrangements des morceaux. « À la fin de la deuxième grille, on s’arrête tous sur le La mineur 6 », entend-on dans les coulisses. L’ambiance est détendue, les musiciens concentrés. L’horloge tourne. La clameur envahit la salle et les lumières s’éteignent. 

Chacun sa route 

Sur scène, on découvre un artiste mature qui a voué une partie de sa vie à la maîtrise de son art. Son jeu est fin, précis, tumultueux. Antoine Pierre est magistral derrière sa batterie. Dans la salle, la musique prend vie et la vie prend sens. Le batteur dévoile au public une partie de lui. « Lorsque je joue de la musique, je me sens vraiment légitime par rapport à moi-même. J’ai trouvé ma voie. Dans la vie, il faut trouver le flux qui te correspond et puis se laisser entraîner ». 

C’est exactement de cette façon que le batteur a mené sa vie, enchaînant les projets sans trop se poser de questions. « Tout a été très vite, je n’ai jamais vraiment eu le temps de m’arrêter et de réaliser ce qui m’arrivait. Le plus important est de ne pas se reposer sur ses lauriers ».

Antoine Pierre a commencé sa carrière de musicien très jeune. En 2009, à l’âge de 17 ans, il gagne le concours jeune talent du Festival de Jazz de Comblain-la-Tour et décroche le prix du meilleur soliste. Tout cela, en jouant avec un bras cassé ! Il est ensuite repéré par le guitariste émérite Philip Catherine qui l’embarque en tournée avec lui.

Depuis, il met sa virtuosité au service de bien des projets aux quatre coins de la Belgique. Que ce soit aux côtés de Tom Barman dans Taxi Wars, du LG Jazz Collective ou en tant que leader dans ses projets personnels : Urbex et Next.Ape. « Quand j’y repense maintenant, c’est presque vertigineux tout ce qui m’est arrivé ces dernières années. Si l’on m’avait raconté en 2009 tout ce que j’allais vivre sur le plan musical, je pense que j’aurais halluciné ». 

Mens sana in corpore sano

Son instrument de prédilection, il l’a choisi vers 12 ans après avoir essayé le saxophone. Il a depuis noué avec lui un lien très fort « La batterie a un côté jouissif et très direct. Il suffit en effet de donner une paire de baguettes à quelqu’un et il saura produire du son avec. La plupart des gens arrivent à faire quelque chose qui ressemble à un rythme. Il y a un rapport corporel et physique très important ».

Si la musique est devenue son métier, elle n’en reste pas moins une véritable passion. « À partir du moment où tu passes plus de 50% à penser à ça, on peut parler d’une obsession ». Il tâche toutefois d’entretenir un rapport sain avec son art. Entre les répétitions, les enregistrements et les concerts, il vide son esprit en allant nager. « C’est un moment où je me sens vraiment bien. Je ne pense plus à rien. C’est un moment que je chéris. C’est une déconnexion du monde, mais une reconnexion avec moi-même ».

Le public du Botanique émerge après avoir baigné dans des ambiances éclectiques durant une heure et quart. Couverts d’applaudissements, les musiciens de Next.Ape saluent. La tête rivée vers l’avenir et les pieds sur terre, Antoine Pierre se demande quelle sera pour lui la next step.

Backstage Botanique

Next.Ape en coulisses.
Antoine Pierre en pleine réflexion coulisses botanique.
Antoine Pierre percussions
Antoine Pierre en Soundcheck
Next.Ape sur la scène du Botanique.
Portrait Antoine Pierre batterie.
Antoine Pierre séance de dédicasse

Nouveau sur Mammouth

La pollution spatiale : toujours plus de débris
Mais où sont passés les insectes ?
Sommes-nous accros à nos smartphones ?
Métiers en pénurie : migrer pour travailler