Énergies renouvelables : la Belgique à la traîne ?

D'ici 2020, la Belgique devra produire 13% de son énergie à partir de sources renouvelables, un chiffre qui semble difficilement atteignable.

par et

Photo : CC0

D’ici 2020, la Belgique devra produire 13% de son énergie à partir de sources renouvelables, un chiffre qui semble difficilement atteignable.

Photo : CC0

En 2010, l’Union Européenne se fixait des objectifs afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre au sein de son territoire d’ici 2020. Pour y arriver, la Belgique se doit d’atteindre 13% en production d’énergie issue de sources renouvelables. Plusieurs pays européens ont déjà atteint leur quota en 2017. Le plat pays semble, quant à lui, à la traîne.

La Belgique tire la majorité de son énergie renouvelable des secteurs des biocarburants, des déchets urbains et du biogaz. Ces trois domaines représentent à eux seuls environ les deux-tiers de l’énergie verte belge. La part du secteur éolien s’élevait à 17,98% en 2017. Ce résultat satisfaisant est principalement dû au développement croissant de l’éolien offshore. Notre pays est d’ailleurs pionnier en la matière et se classe dans le top 3 européen.

A contrario, avec ses 9,85%, l’énergie solaire ne représente pas un atout majeur. Cette branche peine à décoller en Belgique. D’autant que les leviers publics semblent difficiles à mettre en place, à l’image de la “bulle des certificats verts” qui a creusé la dette wallonne liée aux primes pour les panneaux voltaïques.

Source : Statbel 

Mauvais élève européen

Entre 2008 et 2017, la production d’énergie à partir de sources renouvelables a presque triplé au sein du territoire belge, passant de 3,59% à 9,06%. Des résultats qui peuvent paraître bons mais qui sont en réalité insuffisants.

Source : Eurostat 

« La Belgique est à la traîne comparé aux autres pays européens. Dans la dynamique actuelle, il y a de forts risques qu’elle n’atteigne même pas son objectif de 13% d’ici 2020 », s’inquiète Géraldine Nethercott, chargée de communication à la Fédération des énergies renouvelables (EDORA). Pour rappel, cet objectif a été imposé par l’Union Européenne et s’avère donc contraignant. La Belgique s’expose dès lors à des potentielles sanctions si elle ne l’atteint pas.

En effet, la Belgique se classe parmi les moins bons élèves européens. Notre pays se situe à la 24ème place sur 28. Seuls Malte, les Pays-Bas et le Luxembourg affichent de moins bons scores.

Source : Eurostat  

À l’inverse, la Suède figure en première position, avec 54% en 2017. Elle a d’ailleurs déjà atteint son objectif de 2020 fixé à 49%.

Maël Arnoldussen et Clément Larue

Nouveau sur Mammouth

Fiction sonore : La guerre des deux mondes
Le royaume des femmes, la fin d'un sacre
Où sont les mannequins plus size ?
Chirurgie esthétique : que faire si la magie n'a pas opéré ?