Diplômés au mauvais moment

Finir ses études supérieures devrait être synonyme de nouveau départ. Sauf quand le marché de l’emploi est au ralenti et que les candidatures restent lettre morte.

par et

Alexandre Perniaux, Arthur Parzysz (CC BY NC ND)

Finir ses études supérieures devrait être synonyme de nouveau départ. Sauf quand le marché de l’emploi est au ralenti et que les candidatures restent lettre morte.

Alexandre Perniaux, Arthur Parzysz (CC BY NC ND)

Martin et François ont tous les deux été diplômés en septembre 2020. L’un détient un master en économie, l’autre en gestion. Deux diplômes qu’ils considéraient suffisants pour acquérir un emploi rapidement. Mais crise économique et sanitaire oblige, leurs sollicitations restent lettre morte, comme pour beaucoup d’autres jeunes diplômés de leur âge. Une réalité confirmée par Actiris, l’organisme régional chargé de la politique de l’emploi à Bruxelles.

Nouveau sur Mammouth

Le déclic du numérique dans l'enseignement
Bruxelles 2050, une capitale après l'effondrement
Papillons, foyers en transition
Libéralisation, la SNCB en danger ?